Les vins médaillés ? les concours vu par la revue du Vin de France

La revue du Vin de France octobre 09 Les vins médaillés ? les concours vu par la revue du Vin de France photo

Cette article paru dans La revue du Vin de France du mois d’octobre 2009 est très intéressant. Il nous aide à comprendre comment ces nombreuses pastilles et étiquettes collées sur les bouteilles de vin dans les hypers, chez les cavistes et autres marchands de vin sont décernées. Il met en avant que ces concours ont un succès indéniable, et que leurs nombres et le nombres de médailles et de bouteilles présentées sont en augmentation d’années en années. Cette augmentation n’est pas forcement gage de valeur car l’amateur ne sera pas forcement décrypter ces étiquettes attirantes, et surtout il leur fera confiance sans avoir de réelles garanties, pour les raisons que vous allez découvrir. La revue du Vin de France constate que les résultats sont parfois un mauvais reflet de la réalité. Il est avéré selon la revue du Vin de France que les conditions de test lors de ces concours sont plus que tangentes par moment. Et oui le temps imparti pour gouter de nombreux vins (trop nombreux ou pas assez de temps), la qualité des testeurs (trop peu nombreux et sont-ils réellement qualifiés ?) sont deux critères importants qui permettent de douter de la valeur de ces médailles. De plus ces concours sont de véritables « business », les couts d’inscription, le cout de revente des étiquettes, et l’augmentation imputé au consommateur par le viticulteur lorsque l’une de ces bouteilles gagne un prix. Ils ne sont bien sur pas tous à mettre en doute (les concours et les médailles) mais certains le mériteraient certainement. Il est évident que ce « business » est intéressant et pour l’organisateur du concours et pour le vignoble ayant le droit d’arborer cette médaille. Une nette augmentation des ventes est notable après avoir apposé une médaille sur sa bouteille. Tous ces facteurs poussent à une homogénéisation des vins présentés, car les grands châteaux ne se présentent pas avec leurs particularités gustative, mais aussi parce que les organisateurs des concours ont tendance à diminuer les écarts entre les notes des jurés. Cela permet donc de médailler plus de vins. Le résultat est que les vins médaillés sont généralement moyens, homogènes et à boire rapidement. Ceux sont donc des produits adaptés au marché et banalisé. Les concours remettent 2O à 30 % de médailles sur le total des bouteilles présentées, et certains peuvent même poussés jusqu’à 67%. Ces quotas ne sont-ils pas trop élevés ? De plus la répression des fraudes a pu constater que 20% des vins primés aux concours (c’est à dire 1 vin sur 5) ne correspondent pas aux produits vous avez sur votre table…. Evidement les concours ne sont pas tous mauvais, ils nous font bien souvent découvrir de nouveaux vignobles, crus et cépages de qualité. Vous pouvez par exemple suivre sans risque les avis du Concours général agricole de Paris. Je pense que le but de cet article de la revue du vin de France n’est pas de discréditer tous les viticulteurs et organisateurs qui travaillent sérieusement, mais de jeter un pavé dans la marre à l’heure ou notre économie est basé sur la quantité et non plus sur la qualité….

Retrouver l’article complet dans La revue du Vin de France d’octobre 2009 ou sur internet: www.larvf.com

Articles relatifs

2 réactions sur “Les vins médaillés ? les concours vu par la revue du Vin de France

Laissez votre réaction sur Les vins médaillés ? les concours vu par la revue du Vin de France